Covid 19 – Et après ? 13/05/2020

Non classé

En cette période inédite, risingSUD vous propose la rubrique « Et après », pour rassembler les réflexions qui émergent dans la presse au sujet de l’après-crise.

Quelle économie pour après?

Une économie plus verte et plus durable?

L’économie circulaire peut-elle répondre aux enjeux de la reprise? La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire vient d’être adoptée, mais il faut aller plus loin pour réduire l’impact environnemental des 5 millions de tonnes de déchets d’emballages produits chaque année. En misant sur l’Open Innovation, par exemple ?

Cinquante acteurs financiers plaident pour une relance verte.  Ils rejoignent ainsi le collectif des mondes de la politique, des affaires, des syndicats ou des ONG, qui ont signé l’appel à la mobilisation du président de la commission Environnement du Parlement européen visant à mettre la transition écologique au cœur de la relance.

Pour Emmanuel FABER, l’économie de demain doit être « fonctionnelle, circulaire, numérisée et bien entendu plus inclusive ».

La finance a un rôle à jouer pour convertir l’économie à un monde plus durable, selon Emmanuelle MOUREY, Présidente du directoire de La Banque Postale Asset Management.

Céline FOREST, Directrice Exécutive de la Communication et de l’Expérience Clients chez ENGIE Solutions pour l’Industrie, émet le vœu que l’industrie devienne un levier important de la transition écologique et énergétique.

– Surfrider Europe et l’Alliance Verte lancent le label Green Marine Europe, pour une industrie maritime plus respectueuse de l’océan.Véritable innovation environnementale dans le secteur du transport maritime de passagers et de marchandises, il informera, en toute transparence, sur les performances environnementales des compagnies, notamment en matière de pollution de l’air, des sols et de l’eau.

Une économie plus locale?

Un collectif réunissant 200 acteurs du numérique appelle à bâtir la souveraineté numérique de la France à l’heure où seuls 15 % des investissements numériques sont destinés aux acteurs français du numérique.

Se dirige-t-on vers un avènement du « Made in France »? Le mouvement de solidarité nationale actuel pourrait aboutir à une vaste réappropriation par la France de son appareil de production national. Pour Roland GOMEZ, il faut diminuer la dépendance de la France à l’importation et miser sur les circuits courtsSept grandes organisations agricoles appellent à rebâtir la souveraineté alimentaire.  Pour Arthur GRIMONPONT, co-fondateur des Greniers de l’abondance, la relocalisation de la production agricole ne suffit pas, il faut réimplanter tout le système alimentaire sur le territoire.

Quel tourisme pour demain? La crise actuelle est d’une violence singulière pour le secteur du tourisme, en incluant les voyages, les hébergements, les sites culturels, les parcs, et une large partie de la restauration, de l’événementiel, et sans oublier le tourisme d’affaire. Se fixer de nouvelles ambitions et repenser le tourisme de masse semblent essentiels pour le consultant Stéphane DURAND.

A quoi ressemblera la consommation de demain? Plusieurs experts tentent d’apporter des réponses dans un dossier du magazine LSA.

Quel avenir pour l’Europe? Cynthia FLEURY et Guillaume KLOSSA plaident pour un « New Deal culturel européen ».

Quelles entreprises pour demain? 

Selon l’agence Startegic Research, les entreprises doivent adopter deux comportements fondamentaux pour la relance: refonder leur connaissance des consommateurs et anticiper les futurs possibles.

Les entreprises du secteur alimentaire devront s’adapter aux critères des consommateurs, notamment l’importance qu’ils accordent au développement durable et à la façon dont une marque traite ses salariés.