Covid 19 – Et après ? 20/05/2020

Non classé

En cette période inédite, risingSUD vous propose la rubrique « Et après », pour rassembler les réflexions qui émergent dans la presse au sujet de l’après-crise.

Quelle économie pour après?

Une économie plus verte et plus durable…

Selon Pierrick DE RONNE, Président de Biocoop, la crise et le confinement ont créé un précédent qui facilitera les débats futurs, notamment sur les questions environnementales et climatiques: « Nous ne pourrons plus dire: ce n’est pas possible ».

Parmi les principales nouvelles de la semaine rapportées par l’Usine Nouvelle: l’arrivée des premiers avions hybrides électriques fin 2022, et le lancement d’un nouvel étiquetage pour favoriser les pneus verts en 2021 en Europe.

Le Campus Louis-Giraud à Carpentras inaugure une nouvelle licence Valorisation et Commercialisation des ressources végétales à usage artisanal et industriel (VAOREVE).

L’Université Côte d’Azur crée l’outil Open Map of the Global Pause, une cartographie qui mesure les conséquences positives de l’épidémie de coronavirus sur la santé de la planète.

… qui devrait s’inscrire dans le plan de relance

Selon plusieurs experts, les plans de relances des pays du G20 ne sont pas assez verts, et ne contribuent pas à la décarbonation. Ils préconisent de miser sur le développement des énergies renouvelables et des technologies décarbonantes, la rénovation des bâtiments et l’afforestation.

Jean HORNAIN, Directeur Général de Citeo, espère que l’économie circulaire sera au cœur du plan de relance. Il voit pour cela quatre mesures: soutien aux investissements massifs pour la conversion des chaînes de production, développement d’une industrie du recyclage moléculaire, soutien aux centres techniques et aux startups spécialisés dans la recherche de matériaux et l’économie circulaire, développement de la collecte en zone urbaine et soutien au déploiement de la tarification incitative sur le territoire.

La Fédération du Printemps Écologique, premier écosyndicat de France, a été créé le 1er mai. Son objectif majeur pour la relance est de mettre les enjeux écologiques au cœur des entreprises pour préparer le monde d’après.

Une économie plus sociale?

Quel avenir pour le commerce et la distribution? Selon Vincent CHABAULT, ils remplissent une fonction sociale importante, que la crise a rendu d’autant plus visible.

Quel rôle pour l’Etat demain? Il pourrait s’inspirer des startups, qui se remettent toujours en question en cas d’échec, pour pivoter et gagner en agilité, et ce via quatre axes: l’humilité, la créativité, la rapidité et la responsabilité.

Quels dirigeants dans le monde d’après? 

Pour Nicolas DUFOURCQ, Directeur Général de Bpifrance, et Olivier TORRES, « les entrepreneurs seront les premiers combattants de la reprise économique ». Ils les appellent à davantage adopter une posture créatrice, en pratiquant notamment la transformation d’idées en opportunités d’affaires, et à effectuer un retour aux fondamentaux des valeurs entrepreneuriales.

Quelles entreprises pour demain? 

Selon Pascal DEMURGER, Directeur Général du groupe MAIF, les entreprises deviennent plus politiques avec la crise, mais il leur reste encore à lier leur activité cœur à des sujets de RSE. Il craint également qu’un plan de relance trop précipité sur le court terme entraîne un retour vers le monde d’avant.

L’intelligence économique a prouvé son efficacité pendant la crise. Adoptée par les grands groupes, elle ne fait pas encore l’unanimité au sein des PME et des TPE. La période actuelle serait-elle propice à sa généralisation ?

Pour Tom CHEESEWRIGHT, la « révolution du télétravail » n’aura pas lieu sans de nouveaux modes de fonctionnement pour mesurer le travail des équipes, de la responsabilité et de l’autonomie pour les employés, et un changement de culture.