AdobeStock 327212095 1 ConvertImage

On commence avec une étude nationale de la CPME auprès de 3 000 dirigeants de TPE et PME, qui indique que 91% des TPE et PME sont en activité depuis le 11 mai.  52% d’entre elles ont réintégré leurs locaux, 42% maintiennent le chômage partiel et 21% restent en télétravail.  A noter que 57% d’entre elles font état de difficultés pour se procurer des équipements de protection pour la reprise, et 93% ont bénéficié d’au moins un accompagnement de l’Etat.

Un point sur quelques secteurs en région mis en avant par la presse: 

– Tout d’abord, concernant le tourisme, la filière des croisières a été durement touchée. Les pertes s’élèvent à 100 millions d’euros, ce qui représente 1 million de passagers sur l’ensemble de la région depuis le début de la crise, indique Jean-François SUHAS, Président du Club de la croisière Marseille Provence. Les compagnies de luxe seront les premières à reprendre, tandis que les autres sont encore dans l’incertitude. Autre sujet tourisme, les bars, cafés, restaurants, mais aussi les campings et les hôtels préparent leur reprise.

– Concernant la filière bois et forêt, qui représente 11 000 emplois en région, le forum ouvert sur le thème de l’économie durable et bénéfique organisé par Fibois Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur est maintenu mais se tiendra à distance. Il aura lieu le 10 juin et permettra aux acteurs économiques de la filière de réfléchir ensemble à l’avenir.

Et comme chaque semaine en cette période de crise du Coronavirus, nous vous proposons un aperçu de la situation en région Sud du point de vue des entrepreneurs.

Les entrepreneurs régionaux se réorganisent face à la crise :

Les employés de la Semepa ont pu réintégrer les bureaux dès le 11 mai grâce à un protocole de reprise préparé en amont. La plupart des chantiers ont pu redémarrer, indique son dirigeant, Thierry COLOMBERO.

Même sans avoir pu tenir d’événements de promotion, Maïmen, dont le premier produit doit sortir en septembre, a pu largement atteindre l’objectif de sa campagne de financement participatif. 500 précommandes de leur déodorants naturels ont été effectuées, selon les deux fondateurs de la marque Jordy TAILLEVAND et Mathis DOS SANTOS.

Les entrepreneurs régionaux trouvent de nouveaux relais de croissance :

– Bien loin d’être impactées par la crise, plusieurs entreprises ont, sans le vouloir, bénéficié par ricochet de ce contexte inédit. Le confinement a marqué un retour de la cuisine dans les foyers. Les grandes surfaces ont augmenté leurs achats de produits de la mer de qualité et congelés, notamment ceux de Seafoodia. « Les confinés ont cuisiné et ils ont privilégié les bons produits », explique son Président, David SUSSMANN. Quant à la startup Free Agent Game, la plateforme chargée d’envoyer ses jeux vidéos étant à l’arrêt, les salariés et les actionnaires assurent eux-même les envois, explique son dirigeant, Sami CHLAGOU.

L’annonce du déconfinement a d’ores et déjà permis à Teebike de vendre l’équivalent de deux à trois mois de stock de sa roue électrique en quinze jours. Pour Laurent DURRIEU, son fondateur, “cette crise est une super opportunité pour notre développement”. La startup espère voir ce nouvel engouement pour le vélo s’inscrire dans la durée.

Les entrepreneurs régionaux anticipent “l’après” :

Après une levée de fonds de 90 millions d’euros, Tenergie souhaite doubler ses capacités solaires d’ici deux ans. Elle conserve son objectif à long terme d’opérer 10 000 centrales solaires d’une puissance totale de 5GW en 2025 pour un chiffre d’affaires de plus de 500 millions d’euros, indique Nicolas JEUFFRAIN, son Président

Sept entreprises de parfum de Grasse, RobertetJean Gazignaire, Mane, Sotraflor, IFF-LMR, Payan Bertrand et Firmenich, devraient pouvoir bénéficier de l’indication géographique « Absolue Pays de Grasse », qui permettrait de protéger leur savoir-faire et leurs produits de la concurrence internationale et des contrefaçons. L’Institut National de la Propriété Industrielle a ouvert une enquête publique.

Morel Diffusion, qui réalise 90% de son chiffre d’affaires à l’étranger, peut se tourner vers l’avenir grâce à la reprise dans plusieurs pays, notamment la Chine. Son Directeur adjoint, Guy SCHERTZER, espère que la hausse de l’intérêt pour le jardinage observée pendant le confinement sera durable.

Le groupe AGPM souhaite maintenir le travail à distance jusqu’à l’automne. Sur 850 salariés, une centaine ont repris leurs activités au siège. Pour Christian GOURLAOUEN, Directeur adjoint des ressources humaines du groupe, les changements mis en place pendant la crise seront durables: “Cette expérience est riche d’enseignements pour l’extension future du télétravail, à une plus grande échelle, en concertation avec les collaborateurs et les partenaires sociaux”, déclare-t-il.

– Flex’O poursuit ses projets, et compte ouvrir plusieurs “flex office” à Sophia Antipolis, pour créer le plus grand espace de travail flexible en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, selon son Président, Christophe COURTIN.

Cartesiam voit son activité commerciale redémarrer. Son dirigeant Michel RUBINO estime que l’entreprise a limité la casse. Elle pense désormais à l’avenir, notamment à son projet de levée de fonds toujours en cours et à l’idée de créer une filiale en Allemagne en automne.

– EpicnpociXblue SAS et Lextan continuent leur croissance et restent tournées vers l’avenir. Elles viennent ainsi d’être sélectionnées pour participer aux Etats-Unis à la 6e édition du programme d’accélération Ubimobility, mis en place par Business France et Bpifrance.

– Mini Green Power, produit chaque jour l’équivalent de la consommation énergétique d’un foyer d’habitation pendant un mois dans son nouveau bâtiment à énergie positive.

On termine avec la belle progression des investissements étrangers en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont l’augmentation s’élève à 41% en 2019, la deuxième plus forte en France. A noter également que la France est devenue le pays européen le plus attractif pour l’investissement étranger en 2019 selon le cabinet EY.