Covid-19 – Point de situation 20/05/2020

Non classé

On commence avec les résultats de l’enquête Bpifrance Le Lab et Rexecode auprès des dirigeants des PME. 50% d’entre elles estiment que leurs difficultés de trésorerie sont surmontables et un tiers jugent leur trésorerie suffisante pour pouvoir faire face. 79% d’entre elles ont demandé à bénéficier du dispositif de chômage partiel, et 44% ont fait une demande de PGE. En revanche, 91% de ces entreprises déclarent que leur chiffre d’affaires sera en baisse en 2020, et 60% vont baisser l’enveloppe consacrée à l’investissement.

Du côté des startups, les recrutements sont en baisse. 38% des entreprises tech européennes ont gelé leurs recrutements en CDI depuis le début de la crise, 30% seulement ont maintenu leurs recrutements en CDD. Cependant, les entreprises françaises ont moins été touchées par cette baisse que dans les autres pays européens, et le retour à la normale s’amorce progressivement. Les offres d’emploi seraient désormais à 70% par rapport à leur niveau normal.

Un point sur quelques secteurs en région mis en avant par la presse

En ce qui concerne les secteurs de l’industrie et du BTP:

Selon Daniel SFECCI, Président de l’UIMM, 60% de l’industrie des Alpes-Maritimes est restée active pendant la crise. Dans le département, le BTP reprend progressivement, avec l’appui du Comité local de soutien à l’économie et d’appui aux entreprises de BTP, présidé par le Préfet des Alpes-Maritimes, Bernard GONZALEZ.

Dans les Hautes Alpes, le BTP repart également. 60% de l’activité est actuellement assurée, indique le Président de la fédération, Nicolas CHABRAND.

En ce qui concerne le secteur du tourisme, un plan d’actions a été mis en place pour lancer la saison estivale à Cannes.

En ce qui concerne les commerces, les mesures sanitaires mises en place permettent d’accueillir à nouveau les clients, comme dans le Vaucluse,

Enfin, les sociétés de sécurité font état d’une baisse d’activité comprise entre 60% et 75%, selon le secrétaire général du Groupement des Entreprises de Sécurité Cédric PAULIN. Le déconfinement leur redonne cependant confiance. « La reprise s’annonce plutôt bien », d’après Thierry KATTANDJIAN, dirigeant fondateur d’Human Protection.

Et comme chaque semaine en cette période de crise du Coronavirus, nous vous proposons un aperçu de la situation en région Sud du point de vue des entrepreneurs.

Les entrepreneurs régionaux se réorganisent face à la crise:

Pour s’adapter à l’urgence sanitaire, T.zic adapte ses produits de désinfection et de traitement d’eau à des surfaces, indique son dirigeant Thomas SECHAUD.

Les savonniers ont du s’organiser face à l’explosion de la demande de savons de Marseille. Rampal Latour et Marius Fabre ont utilisé le drive pour honorer toutes les commandes. La Phocéenne de Cosmétiques a de son côté réalisé l’équivalent de quatre mois de ventes dès les huit premiers jours avec sa marque Le Petit Olivier.

Pour l’enseigne niçoise Pascal Coste, dont la quasi-totalité des 120 salons ont pu rouvrir le 11 mai, les clients étaient au rendez-vous dès la réouverture. Selon son fondateur, les mesures sanitaires n’ont pas été difficiles à mettre en place, « Le plus dur a été de trouver un fabricant de gel hydroalcoolique et un bon vendeur de masques».

Stéphane LELIEVRE, dirigeant des Maisons Lelièvre, a créé la société Resto(n)s à la maison, pour proposer des menus gastronomiques à emporter à prix coûtant. « On livre déjà 300 menus en drive », indique-t-il.

Pour pallier le coup d’arrêt provoqué par la crise, l’entrepreneur Clément GILLY a utilisé les événements virtuels pour promouvoir son produit Nenuu.

Pour le groupe Electrika, la crise risque d’avoir un impact durable, selon son dirigeant Michaël NEGRI. Il a cependant profité de la crise pour réfléchir au développement de sa dernière société Azur Organisation, afin d’organiser des événements pour ses filiales.

Enedis redémarre les chantiers, en observant un strict respect des mesures sanitaires : distanciation, nettoyage des outils, port du masque, limitation de la co-activité…

Les entrepreneurs régionaux trouvent de nouveaux relais de croissance:

Axess Marketing, dont une partie de l’activité a été ralentie par la crise, commercialise des visières de protection. « Nous avons commencé par vendre une trentaine de visières par semaine et avec la montée de la demande on va bientôt atteindre la centaine et ce, pour un certain temps » indique son dirigeant Daniel PIOTROWSKI.

Intellinium lance une initiative anti Covid, une chaussure de travail intelligente. « Cette solution de sécurité permet au travailleur d’envoyer et de recevoir des messages sans utiliser ses mains et sans avoir besoin d’un smartphone » selon le dirigeant Mathieu DESTRIAN.

De son côté, Dev-Id s’est concentrée sur la R&D pendant la crise. « Pour éviter au maximum le chômage partiel, on a lancé début avril un hackathon interne », explique son co-fondateur Julien LESCOULIE. L’entreprise lance une application, Spacees, permettant de gérer les flux de personnes.

– Nicolas SEVESTRE s’adapte à la crise. Son entreprise A2S lance un téléphone mains libres, permettant de limiter les risques d’infection. Le TM50 est équipé d’un capteur infrarouge qui déclenche ou prend un appel à la détection de la main de l’utilisateur.

Les entrepreneurs régionaux anticipent « l’après »:

Aluminor veut profiter de la crise pour se réinventer. Son co-dirigeant Richard BARBETT évoque « de nouvelles offres liées notamment à l’économie de la fonctionnalité».

A2S lance un téléphone mains libres. Ce nouveau téléphone est spécialement conçu pour limiter les risques d’infections causés par le contact dans les lieux publics, grâce à une cellule optoélectronique qui déclenche ou prend un appel à la détection de la main de l’utilisateur.

Pour Marcel RAGNI, dirigeant de l’entreprise Ragni, son activité devrait repartir comme avant. « J’ai l’espoir qu’elle reparte même mieux qu’avant», indique-t-il.

En période de déconfinement, et suite à la mise en place du nouveau « forfait mobilités durables » pour les salariés, Teebike et sa roue électrique se présentent comme une parfaite alternative aux transports en commun.